Les écrans, nouveaux grignoteurs de temps

Préférez-vous avoir un membre cassé plutôt que de vivre sans smartphone ?

Cette question, un brin provocateur, a été posée par le psychologue Adam Alter, professeur de psychologie et de marketing à la New York University. 46% des personnes interrogées lui ont répondu qu’elles préféreraient avoir un membre cassé plutôt que devoir vivre sans son smartphone.

Dans son livre, Irresistible: The Rise of Addictive Technology and the Business of Keeping Us Hookedparu en mars 2017, il revient sur la façon dont les technologies sont créées pour nous happer. Ses recherches n’ont pas pour but de diaboliser la technologie, mais plutôt de comprendre l’impact qu’elle a sur notre quotidien. Il s’intéresse à toutes ces heures que nous passons à fixer nos téléphones, notre tablette ou notre ordinateur, et ce nous rend malheureux et ce que nous pouvons y faire.

Le choix d’être heureux ou malheureux

Sur ce sujet, il délivrait en avril 2017 un TED Talk intitulé « Pourquoi les écrans nous rendent moins heureux».

En moins de 3 minutes, la vidéo « Draw my news » résume en français le contenu de la conférence TED.

Dans cette conférence il l’admet que les écrans peuvent aussi être « miraculeux » lorsqu’ils permettent garder le contact entre des membres d’une famille éloignée géographiquement.

Toutefois, il distingue deux catégories d’applications que nous utilisons : d’un côté, les applis de relaxation, météo, santé, lecture et éducation ; et de l’autre les applis de rencontre, réseaux sociaux, jeux, divertissement, infos et navigation sur Internet. Pourquoi une telle distinction ? Parce que selon lui, les premières nous rendent « heureux » et les secondes « malheureux ».

D’après ses calculs, nous passons « trois fois plus de temps » sur les secondes. Pourquoi ? Parce qu’elles n’ont pas de « boutons d’arrêt »  et nous engloutissent dans des interfaces sans fin, qu’il s’agisse des flux d’actualités au « Scroll » infinis de TwitterFacebook ou Instagram, ou des sites d’infos et des services de messagerie dont on ne voit jamais le bout.

De l’autre côté de l’atlantique, et plus près de nous, un sondage auprès de 2206 français a été réalisé en juillet 2017 pour « l’Observatoire des pratiques numériques des Français » piloté par Bouygues Télécom. Ce sondage a dévoilé la dépendance au mobile qui touche 84 % des sondés.

Devenus tellement addicts de leur mobile, ils sont 79 % à déclarer préférer se passer d’alcool pendant une semaine plutôt que d’être privés de leur fenêtre sur Internet, 66 % choisiraient d’arrêter le sport plutôt que la navigation numérique. Le sondage relève aussi qu’un quart des 15-25 ans laissent leur téléphone connecté pendant les repas de famille ou au spectacle. Tout ça pour passer en moyenne… 2h30 à naviguer ou téléphoner par jour. En faisant le calcul, cela représente… 38 jours par an !

Plus avec moins, comment faire ?

Pour réduire l’impact des notifications sur votre temps de travail, je vous propose une astuce simple, rapide et surtout gratuite puisqu’elle dépend que de vous. Pas besoin de télécharger et payer une application supplémentaire.

Pour cela, inspirons-nous de l’expérience des « Jarres opaques » réalisée par l’équipe RH de Google. Elle souhaitait diminuer drastiquement la consommation de M&Ms qui étaient disponibles dans des vases transparents. Chaque collaborateur se servait allégrement durant la journée. En réduisant la visibilité des chocolats, c’est-à-dire, en les transférant dans un vase opaque, ils ont constaté que 258’333 M&Ms n’ont pas été mangés. La preuve que la visibilité et l’accès sont des éléments à prendre en compte si l’on veut réduire la tentation.

Tout comme l’expérience chez Google, il vous faudra rendre difficiles l’accès aux applications et leur visibilité. Dès lors, déplacez vos applications de communication que vous consultez régulièrement dans la dernière fenêtre de navigation de votre Smartphone. Puis allez dans les réglages pour ôter les notifications visuelles. Ainsi vous réduirez considérablement la tentation de consulter votre messagerie électronique.

En conclusion

Face au constat que les écrans grignotent de plus en plus notre temps au quotidien, Adam Alter ébauche également des solutions dans sa conférence et son livre. Cependant, il rappelle que notre seule « bonne volonté » ne pourra pas grand-chose pour nous. Il est donc nécessaire de trouver des trucs et astuces pour de limiter le grignotage de temps par nos écrans.

Sources:

Vidéos : https://www.ted.com/talks/adam_alter_why_our_screens_make_us_less_happy?language=fr&utm_campaign=tedspread&utm_medium=referral&utm_source=tedcomshare

Draw my news https://youtu.be/haWjmO3Wnu4

Livre: Irresistible: The Rise of Addictive Technology and the Business of Keeping Us Hooked (Anglais) Broché – 7 mars 2017