Télétravailler sans dériver

Le télétravail, c’est-à-dire le travail effectué à distance grâce aux réseaux à haut débit, représente un potentiel d’économies de ressources, à la fois pour l’employeur et l’employé. Pour certains cela permet un considérable gain de temps. Fini le temps perdu dans les embouteillages en début de journée qui avait pour effet de stresser et réduire l’énergie avant même de commencer la journée. Sur une semaine, cela peut représenter un impact non négligeable sur la productivité.. 

Pour rappel, le télétravail consiste à effectuer à distance des tâches normalement réalisées dans les locaux de l’employeur. Les avantages du télétravail, attestés par les entreprises et les administrations qui le mettent en pratique, sont les suivants : 

  • meilleure articulation entre vie de famille et vie professionnelle ; 
  • possibilité de travailler dans un environnement propice à la concentration ; 
  • diminution des temps de déplacement ; 
  • réduction du stress et de la fatigue, baisse de l’absentéisme ; 
  • gains de motivation, performances accrues ;
  • solution favorable pour les travailleurs à mobilité réduite.


Etre rigoureux pour rester flexible

Selon une récente étude du cabinet Deloitte réalisée auprès d’un millier de collaborateurs dans le pays, il ressort que les entreprises helvétiques manquent de lignes directrices concernant le télétravail. Seuls 39% des travailleurs sondés affirment que des règles officielles concernant la flexibilité existent au sein de leur entreprise. Tout comme les entreprises, les employés doivent se fixer un cadre personnel pour les activités en dehors du bureau. 

Le télétravail ne s’effectue pas obligatoirement à son domicile. Désormais, il est possible de bénéficier d’espaces de coworking. Il s’agit de bureaux partagés où les gens travaillent, ensemble ou de manière individuelle, et pas forcément pour la même organisation. L’avantage est de pouvoir rencontrer d’autres personnes et ainsi ne pas souffrir des effets de l’isolement à domicile. Ces espaces de travail sont disponibles sur une base horaire. Il existe déjà plus de 50 espaces de coworking en Suisse. 

Le télétravail : un défi à tous les échelons

Comment s’y prendre pour permettre aux cadres de garder leur équipe soudée et éviter que le home office devienne une source de tension ?   

Pour les Services industriels de Genève (SIG), la solution passe par l’implication des cadres. En effet, ces derniers ont été formés à la confiance afin de ne plus être dans une démarche de contrôle de ceux qui télétravaillent. « Ils doivent insuffler de la motivation aux équipes, donner de la vision. L’autre erreur est de demander un rapport détaillé de la journée télétravaillée. C’est l’antithèse du but recherché » précise Christian Brunier, CEO des Services industriels de Genève, dans un article paru en janvier 2018 dans le journal PME. 

« On n’est pas là pour créer du temps de travail, mais de la valeur à celui-ci. Si la tâche est terminée en sept heures au lieu de huit, car on l’effectue au calme à la maison, c’est bénéfique pour l’entreprise et pour l’employé. Le contrôle se fait par l’objectif, non par la vérification des heures. » Christian Brunier, CEO des SIG 

Réduire les risques de dérive 

La digitalisation de l’économie entraîne des bouleversements structurels et fait évoluer les formes et les rapports de travail. 

Pour ne pas dériver, il est de la responsabilité de chacun de définir les lignes directrices qui régissent le télétravail. Par exemple le nombre de jours de télétravail qui ne devrait pas excéder trois par semaine ; convenir d’horaires pour l’envoi et la réception de messages ; définir les objectifs hebdomadaires pour ensuite les décliner en objectifs journaliers. 

Ces exemples sont des pistes pertinentes pour garder le cap afin d’aligner les activités de l’équipe et faire bénéficier chacun d’une productivité accrue en toute confiance. 

Capsule rédigée pour le CEP. Cliquez sur le lien pour voir les articles connexes.