Rechercher

PODCAST - Comment auto-évaluer une séquence de formation en temps réel ?

Dernière mise à jour : 26 mai

Pour ce deuxième épisode RETEX, j'ai eu le plaisir d'interviewer Monsieur Pierre Aubert, enseignant et coordinateur préapprentissage, durabilité à l'Ecole des Métiers de Lausanne.


Avec Pierre, nous avons parfois l'occasion de collaborer dans le domaine de la formation d'adultes et l'enseignement professionnel. C'est une personne que j'apprécie beaucoup. Il a de grandes valeurs humaines tirées de sa riche expérience de vie, d'enseignant et aussi par son approche globale de l'environnement, tout particulièrement lorsqu'il est en montagne et qu'il accompagne des personnes en randonnée.


Avec son accord, j'ai souhaité mettre en avant l'une de ses créations. Il s'agit d'un tableau qui offre la possibilité de s'auto-évaluer sur la base de 3 critères et 4 phases d'une action de formation.


Pour bien comprendre l'intention qui a été posée par Pierre lors de la création de la méthode 4X3, percevoir les éléments pertinents afin de pouvoir l'utiliser le tableau d'une manière optimale, je vous invite à l'écouter partager son retour d'expérience (RETEX) dans le PODCAST ci-dessous.


Introduction

L’objectif de cette méthode est de proposer un modèle de questionnement qui permet une évaluation dynamique et en temps réel du déroulement d'une séquence d'enseignement. En fonction des réponses, un ajustement de l'activité, de son déroulement ou de la méthode pédagogique choisie peut être mis en œuvre.

Un moyen d'arriver à être réactif pendant la séquence est de visiter systématiquement les 4 phases selon les 3 critères.


Vue du tableau de la méthode 4 phases x 3 critères

La méthode 4 phases x 3 critères est inspirée de la méthode 3x3 développée par W.Munter pour l’évaluation des risques d’avalanche.


Tableau disponible au téléchargement
Tableau P.Aubert 4x3
.pdf
Download PDF • 210KB

Explication de la méthode 4 phases x 3 critères


Principe : Une séquence d’enseignement est divisée en 4 phases. Pour chacune des 4 phases de la séquence d'enseignement, il est recommandé de se poser un certain nombre de questions selon 3 critères.


En répondant à ces questions, vous orientez, vous modifiez, vous affinez, vous règlez le déroulement de la suite du cours en tenant compte au maximum des interactions constructives. L'idée est de réaliser une séquence dynamique en prenant en compte la notion de sens pour l'apprenant, dans la réalisation des activités.

Les 4 phases de la séquence de formation


Préparation de la séquence : la préparation fait partie intégrante de la séquence.

Elle correspond à l'image que l'on se fait du déroulement du cours, ainsi que de l'organisation que vous allez mettre en œuvre pour construire le cours. Elle correspond au travail qui se fait avant l'animation de la séquence.

Au début de la séquence : cette évaluation est faite pendant les quelques premières minutes de l'animation de la séquence, lors de l'accueil des élèves, de l'accroche ou de la partie administrative.

Ce rendre compte qu'à ce stade, suite à une question d'un élève, l'absence de quelques élèves ou l'intervention d'une tierce personne, le déroulement peut être ou doit être changé pour garder du sens.


Exemple : juste après être entré en classe, un élève vous pose une question sur le sujet traité il y a quelques séances. Sa question est telle que vous entrevoyez que des notions élémentaires indispensables pour la séance d'aujourd'hui ne sont pas acquises. Vous décidez alors de modifier, non pas directement les objectifs de la séquence d'aujourd'hui, mais tout d'abord la première activité. Vous choisissez donc de revoir les notions posant problèmes à cette personne. Avant vous allez vérifier si c'est utile pour d'autres.


Pendant la séquence : il est judicieux de se questionner tout au long de la séquence afin d'adapter en temps réel les activités en cours de réalisation. Ainsi, vous évaluez si la suite des événements doit être changée. C'est-à-dire si l'activité suivante doit être modifiée ou non. C'est presque toujours possible.

Attendre la fin de la séquence pour se dire qu'on aurait pu faire différemment, c'est utile pour soi et pour le cours de l'année prochaine, mais être capable de réagir "on line" est favorable pour les apprenants au moment où vous agissez et l'activité gagne en sens.


Exemple : dans l'exemple ci-dessus, si vous remarquez que les notions ne sont pas acquises pour la majorité des élèves, vous pouvez imaginer que la remédiation va prendre plus de temps et vous allez changer les objectifs de la séquence du jour.


Suivant l'ampleur de la modification, vous en informez les élèves afin qu'ils se situent dans le nouveau contexte. Tout ce travail doit se faire dans l'action et ne doit pas prendre de temps. C'est une action "on the fly". La méthode systématique proposée ici doit aider le formateur à se préparer à ce genre de revirement de situation sans qu'il soit totalement démuni. Cela veut dire que, dans sa préparation, il peut déjà imaginer des variantes.


Toujours dans l'exemple présenté ici, il peut s'agir d'une modification d'activité et non d'objectif. Ce sera à voir en fonction du contexte.


Après la séquence : une analyse, une fois le cours terminé, est utile et indispensable pour soi afin de modifier la préparation ou le séquencement des activités. Elle permet de réévaluer la pertinence des choix et de juger des techniques utilisées pour l'animation.


Les 3 critères


Chaque phase de la séquence du cours est évaluée selon 3 critères :


Le facteur humain : les élèves, les étudiants, les adultes en formation, mais également le formateur. Evaluer le public cible de manière à savoir, pour chaque phase, comment sont les apprenants et comment le formateur se sent.


Introduire ce critère, car c'est un critère très important et qui est trop souvent négligé. C'est une manière de mettre en exergue le fait que l'enseignement doit être centré sur l'apprenant, en favorisant une pédagogie orientée sur l'axe "apprendre" du triangle pédagogique, développant la relation de l'apprenant avec le savoir (selon J.Houssaye).


Etre capable de répondre à ce besoin et se faire une idée la plus correcte possible de l'état des apprenants à tout moment de la séquence. L'état du formateur est important également afin qu'il soit bien en situation de prendre son rôle de coach ou de facilitateur, dans ce processus.


La matière, les objectifs : ce critère oblige à revisiter, en tout temps, les objectifs qui ont été fixés et de vérifier si ils sont toujours pertinents. Il arrive dans la pratique que, suite à plusieurs questions, nous nous rendions compte que les objectifs précédents (ou la matière) ne sont pas acquis.


Donc, il n'est pas judicieux de se borner à suivre les objectifs qui sont prévus. Dès lors, il convient de reprendre ce qui n'est pas compris avant de poursuivre. Il en va du maintien de la motivation des apprenants en évitant un quelconque décrochage.


Les méthodes pédagogiques, les moyens didactiques : vérifier pour toutes les phases, qu'elles soient bien adaptées. Ici aussi, en fonction des feedback, il est possible de changer d'explications, choisir une méthode favorisant l'axe visuel ou auditif, ou dériver sur une activité réalisée dans une autre branche afin de favoriser les réflexions transversales.


S'octroyer le droit de rebondir sur une question particulière pour faire le lien avec d'autres apprentissages. Il est primordial de pouvoir choisir la méthode didactique en fonction du contexte en temps réel.


Application de la méthode 4 phases x 3 critères

Cette méthode s'aborde en prenant les 4 phases les unes après les autres, mais en considérant chaque fois les 3 critères pour chaque phase (fonctionnement horizontal).

Il est indispensable de garder une cohérence horizontale, c'est-à-dire, une phase doit rester cohérente pour les 3 critères. D'autre part, de manière horizontale toujours, il peut y avoir une incidence d'un critère sur un autre.

Exemple : Lors de la phase de préparation de la séquence, après les 2 premiers, vous abordez le 3ème critère (les moyens pédagogiques et didactiques) et en répondant à la question : "Quelle est la planification des activités ?", vous vous rendez compte que vos activités vont prendre trop de temps. Vous pouvez diminuer la durée des activités, mais si vous jugez que ce n'est pas judicieux pour l'apprenant, vous pouvez décider de modifier les objectifs. En ce sens, vous allez modifier le 2ème critère.


Conclusion


Pierre nous propose un modèle issu de sa réflexion personnelle suite à son analyse de pratique. Il ne pense pas que ce modèle soit révolutionnaire, mais il décrit sa manière propre de procéder.


Il pense que les personnes expérimentées visitent ces différents critères de manière intuitive, c'est son cas, mais cette structure pourrait aider d'autres à essayer et surtout à l'adapter à leur besoin. Elle n'est en aucun cas une recette de cuisine pour "bien enseigner", mais plutôt une réflexion dans l'action.


Encore un grand MERCI à Pierre pour avoir donné son accord à la diffusion du tableau et d'avoir participé au PODCAST. C'était une belle expérience à vivre pour nous deux et je suis ravi de pouvoir la partager par l'intermédiaire des outils numériques d'aujourd'hui.


Bonne lecture, bonne écoute.....et à bientôt pour de nouvelles aventures !


Jean-Pierre